Escapade marocaine ...


Le 09 Août 2009

 

Pour débuter la journée, nous faisions une agréable promenade le long de la tranquille et déserte plage de Bhibah où reposent de nombreuses typiques barques de pêcheurs .

Nous éprouvions en revanche, une certaine déception en découvrant Souira Kédima  et les ruines de son ancien fortin portugais .

Cette station balnéaire avait reçu le pavillon bleu, mais se révélait vraiment très sale dès lors que l' on s' éloignait un peu de sa plage très fréquentée .

 

 

Puis, nous atteignions Safi ... nous avons adoré ! Une grande artère centrale et commerciale traverse sa médina ceinte de jolis

remparts . Pour mieux l' apprécier, il convient d' emprunter les petites ruelles la traversant de part et d' autre . Les murs de plusieurs

de ces venelles transversales se paraient de jolies teintes, elles desservaient des maisons d' habitation et se terminaient souvent en impasse . Nous nous rendions sur la célèbre colline des potiers, nous y verrions les grandes cheminées des différents fours ...

Hélas, nous étions dimanche, l' espace était totalement désert, n' y régnait aucune forme d' activité .

 

 


Nous continuions à longer la côte en progressant vers le Nord .

Nous ne nous accordions pas de moments de détente sur l' une quelconque

de ces jolies plages . Nous étions dimanche, en cette période estivale, nous

les jugions un peu trop surfréquentées pour y bénéficier d' un instant tranquille .


Soudain, un bruit suspect à l' arrière du fourgon nous alertait ..

Un coup d' œil dans le rétro me permettait de constater que de la fumée

s' échappait de l' un de nos pneus ... Aïe, çà sentait la Galère  çà !

Le pneu de notre roue de secours était, de plus, totalement lisse .

La route du retour étant encore longue, il nous fallait impérativement

trouver assez rapidement, deux nouveaux pneus ! Celui éclaté, n' était de

toute évidence, pas réparable (voir images ci-dessous) !!!


 



Nous parvenions à Oualidia  à l' heure précise où tout le monde semblait en quitter

la plage . Nous allions nous installer au camping "Les sables d' or" . Certainement

le pire camp que nous ayons fréquenté : Immonde, Sordide ... nous pensons qu' il n' existe pas de qualificatifs assez "percutants", susceptibles d' en décrire la médiocrité

et son état général d' insalubrité .

Comment certains peuvent ici séjourner, le temps que dure leurs vacances ?!

Les toilettes ne disposent pas éclairage (après tout, c' est peut-être mieux ainsi !)

ni de verrou ; les portes, lorsqu' elles existent, sont défoncées ; les WC sont dépourvus

d' eau, ils débordent d' un liquide nauséabond où flottent les excréments ... A vomir !

Le soir, nous effectuions une belle promenade le long de très jolies plages de sable orange (mais là aussi, relativement sales !), côté lagune et côté océan .

Mais rapidement, la nuit est tombée ... nous reviendrions le lendemain !


 


Le 10 Août 2009

 

Les plages de Oualidia  sont vraiment agréables . Rentrés de leur sortie en mer sur leurs embarcations aux couleurs caractéristiques vertes et roses, des pêcheurs y vidaient leurs filets et vendaient le fruit de leur pêche directement sur la plage . Proposant de les griller sur place, il est alors possible de les consommer les pieds dans le sable, à l' abri d' un parasol . Nous trouvions la plage très fréquentée, pas très propre et l' eau ici, particulièrement froide ! Nous décidions de remonter à bord de notre fourgon et de trouver le long des côtes que nous longions, un endroit un peu plus calme .

 

 

La jolie plage tranquille que nous cherchions, nous la trouvions un peu au hasard, empruntant depuis la route, une piste s' échappant vers l' océan . Nous y passions un long et agréable moment ... Son nom, nous l' avons oublié, ou peut être, l' avions-nous simplement, toujours ignoré .

 

 

Puis, nous montions en haut des remparts cernant la cité portugaise de El Jadida . Nous parcourrions ses chemins de ronde ;

ils nous permettaient de bénéficier d' une très jolie vue sur la ville fortifiée d' un côté, sur l' océan de l' autre ..

 

 

Dans la cité fortifiée, peu de choses avaient vraiment retenu notre attention, si ce n' est cette extraordinaire citerne portugaise .

Les réverbérations qu' elle propose, ses différents jeux de lumière, la rendaient particulièrement photogénique .

 

 

Le village de Azzemour  avait été une belle découverte . Sa médina, aux maisons toutes blanches est ceinte de jolis remparts ;

nombreuses de leurs façades sont élégamment peintes . L' atmosphère inspirée nous a paru paisible ; nous nous y sommes sentis

bien . Étonnamment,  nous n' y croisions aucun autre touriste . De nombreuses superbes demeures y étaient en vente ...

Avis aux investisseurs, leurs prix ne devaient pas encore avoir atteints ceux pratiqués concernant les habitations convoitées de Fès

ou de Marrakech, pensions-nous !

 


L' escale de ce soir , était basée au camping internationnal "l' Oasis", situé

à Dar Bouazza . Nous avions droit à un accueil glacial (et c' était assez rare, pour qu' ici, nous le signalions !). Ce camping dispose d' un grand terrain totalement bitumé ... et par ailleurs, totalement déserté !

L' ensemble de l' infrastructure demeurait cependant très correct car doté

d' équipements neufs . Mais qu' en sera t' il avec le temps ?

Certains indices assez caractéristiques nous laissaient présager un certain manque d' entretien, entraînant alors, une lente dégradation de cet espace .

Vue la faible fréquentation des lieux, nous ne pouvions accéder à la piscine ni même au restaurant fermés tous les deux !

Le lendemain matin, nous avions droit à un changement de personnel ... l' employé dorénavant en place était tout à fait charmant !



Le 11 Août 2009

 

La priorité du jour était de trouver deux nouveaux pneus (incident du 09/08/09) . Nous pensions la chose aisée, dans la ville de Casablanca  où nous nous rendions . Nous nous rapprochions de plusieurs concessionnaires mais ceux-ci ne disposaient jamais des dimensions adéquates ! Parvenus au cœur du centre ville, nous recherchions un établissement proposant des pneus . Les yeux rivés sur les enseignes, la conduite se révélait vraiment stressante . Le trafic était très dense, cela klaxonnait de toute part, cela déboîtait, stationnait anarchiquement ! Un petit garage me promettait un unique nouveau pneu dans deux les heures (pas deux, car l' établissement n' acceptait pas les CB et que nous ne disposions plus assez d' espèces !) . Nous concluions l' affaire et nous nous dirigions à nouveau en fourgon dans la grouillante cité, pour en effectuer la visite . Nous débutions celle-ci par une balade autour

de la grande mosquée, puis nous traversions la Médina . Le contraste  entre la fastueuse mosquée et l' extrême pauvreté des quartiers traversés était assez saisissant, vraiment choquant même ! Puis nous nous rendions dans les différents lieux décrits dans notre guide, nous y étions systématiquement déçus ! Casablanca : nous n' avons pas aimé ! Le stress ressenti à la recherche d' un garage y était également peut être pour quelque chose ?! "Re-fourgon", à la recherche du garage dans lequel nous devions récupérer notre roue ... nous éprouvions un certain ras le bol vis-à-vis de la conduite pratiquée ici, il nous tardait vraiment de quitter Casa !

Le garagiste nous annonçait un malheureux contre-temps : notre roue ne serait pas disponible avant le lendemain !

Quelle guigne, que de temps perdu, il était déjà 17 h ! Nous récupérions roue et  pneu éclaté ... Concernant notre état psychologique, nous devions impérativement quitter Casablanca ... nous ne l' aimions décidément pas ; le remplacement de notre pneu attendrait !

 

 

En quittant la "cité maudite", nous changerions deux de nos pneus dans un centre spécialisé situé dans une zone commerciale .

Nous perdions deux heures  supplémentaires ... La journée avait été totalement gâchée, soulagés néanmoins, d' être à nouveau correctement chaussés !

Ce n' est qu' à la nuit tombée que nous atteignions Mohammédia . Nous nous y posions au Camping Saîd, une toute petite structure familiale . Il y avait pourtant beaucoup trop de monde (proximité de la plage) : la propreté des sanitaires et le calme environnant s' en trouvaient de fait, dégradés .

 


Le 12 août 2009

 

La journée éprouvante et un peu stressante de la veille avait laissé des traces . Chacun d' entre nous aspirait aujourd' hui, passer

une journée de repos total . Nous la passions à Skirat, sur la belle Rose-Marie-plage, protégée des vagues par une barre rocheuse .

 

 

Le fourgon ne bougeait pas ce jour là . Nous bivouaquions le long de la plage, bénéficiant d' un joli coucher de soleil pour accompagner notre repas . Nous nous enhardissions un peu, osions un bivouac nocturne ; mais plus que tout, nous semblions

saturer des bruyants campings de bord de mer fréquentés ces derniers jours .

 


Le 13 août 2009

 

Lorsque nous parvenions à Rabat, nous nous rendions en premier lieu à la délicieuse Kasbah des Oudaïa . Nous y déambulions dans son dédale de ruelles bordées de jolies maisons peintes en blanc et en bleu . La visite avait été très agréable, nous la terminions par une petite pause que nous nous accordions au cœur de son beau jardin andalou .

 

 

Puis, nous nous rendions dans la Médina  de Rabat . Nous y effectuions une toute aussi jolie visite . Nous y découvrions de nombreux artisans dans l' accomplissement de leurs tâches . Les rues commerçantes étaient très animées, nous nous en échappions en empruntant de jolies rues transversales quant à elles, totalement désertes . Elles desservaient pour la plupart d' entre elles; des maisons d' habitation . Globalement, nous avons beaucoup aimé Rabat .

 

 

La visite de Rabat  se poursuivait à la tour Hassan  et au mausolée de Mohamed V,  voisin . Ces deux monuments font partie des sites

à visiter lorsqu' on se rend à Rabat . La tour constitue le minaret d' une mosquée jamais inachevée ; elle avait été conçue pour être la plus grande mosquée du monde !

 

 

Nous sortions désormais de Rabat , sans manquer de faire étape à la nécropole de Chellah, bâtie sur une ancienne cité romaine . Derrière de belles murailles crénelées, nous nous promenions dans de beaux jardins, autour de ruines colonisées par de nombreuses cigognes . Cet endroit ne manquait assurément pas de charme .

 

 

Nous éprouvions une grosse déception lorsque nous visitions Salé, la ville voisinant Rabat . Contrairement à la capitale marocaine, nous semblions être les seuls touristes arpentant les ruelles de sa Médina . L' ensemble nous est apparu très mal entretenu et particulièrement sale ; nous la jugions peu accueillante et ne lui attribuions que peu d' intérêt . Nous pensions y trouver de nombreux potiers, dont la ville s' est fait une certaine renommée ; hors, ils ne se trouvaient pas ici, mais dans un quartier en retrait de la ville,

nous le cherchions, mais ne le trouvions finalement pas .

 

 

Heureusement, nous n' étions cependant pas venus à Salé  pour rien . Nous ne manquions pas d' y visiter sa très jolie médersa (nom définissant les anciennes écoles coraniques) . Jusque-là, et pour diverses raisons, nous n' avions pas encore eu l' opportunité de pénétrer dans l' une d' entre elles bien que nous ayons prévu le faire (occasion notamment manquée à Meknès, à Marrakech ... ) .

 

 

A Kénitra, nous ne trouvions pas de lieu où stationner . Nous recherchions désespérément son camping, mais nous allions tourner un long moment en vain . Nous rejoignions alors le bord de mer (l' océan !) . Medhia  dispose d' une longue plage, très (trop) fréquentée en cette fin d' après-midi de dimanche . Nous stationnions sur le parking donnant accès à la plage et allions dîner d' une gargantuesque assiette composée de divers poissons . Le contenu de cette assiette renforçait l' idée que nous nous étions fait avoir

à Essaouira . La nuit avait été épouvantable ! Nous n' y avions pas repéré la proximité d' une fête foraine .

A 7 heures, le lendemain matin, alors que tout était redevenu calme, un officiel tambourinait à la porte, nous signifiant qu' on ne pouvait pas dormir ici . Quelle nuit ... Vraiment pas cool !

 


  <<  Page précédente                                     1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6                                    Page suivante  >>