Escapade tunisienne ...


Introduction

 

Une fois n' est pas coutume, le fourgon resterait stationné dans le jardin pour aborder cette nouvelle destination .

La décision de se rendre en Tunisie  durant ces vacances de février avait été prise une semaine précédent le départ .

Rien n' avait encore été vraiment évoqué pour remplir cette semaine de temps libre . Depuis le mois de janvier, la neige recouvrait encore notre pelouse ... Chacun d' entre nous aspirait à un total dépaysement et à des températures plus clémentes .

Sur le net, des offres promotionnelles de dernière minute permettaient d' assouvir nos envies à moindre coût ... Ainsi,en ressortait-il

une destination particulièrement avantageuse : la Tunisie !

Nous franchissions le pas, et osions pour une fois, "le voyage organisé" ( une première pour nous ) : un circuit "mer et désert" 

dans le sud tunisien au départ de Djerba . Ce type de vacances ne nous correspond pas vraiment, c' est avec une certaine appréhension que chacun d' entre nous (nos filles peut être plus encore que nous-même) envisagions ce voyage ...

 


Itinéraire

 

Le circuit "mer et désert" consistait en un itinéraire dont

le départ et le retour étaient fixés sur l' île de Djerba .

Il s' effectuait tantôt à bord de cars, tantôt à bord de 4x4 .

Le premier ainsi que le dernier jour du séjour, étaient exclusivement consacrés à la détente . Ainsi, nous prélassions-nous dans un agréable et confortable hôtel, idéalement situé le long des côtes de Djerba .




 



Le 18 Février 2010

 


Il était 4 h 51 min ...

"Le train à destination de Lille-Europe va partir, il desservira les gares de Lyon-Part-Dieu,

Marne-la-Vallée-Chessy, Aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle ..."

 

Il faisait froid ... Les gouttes de pluie perlaient sur les vitres du TGV filant à plus de 300 km/h

vers l' aéroport vers lequel nous nous acheminions .




 

 

"Attachez vos ceintures , décollage imminent ..."


 

L' A321  s' élevait au dessus de Paris ... Nous survolions déjà la Camargue, puis les côtes tunisiennes ... Nous allions enfin atterrir !

 

 

"Nous espérons que vous avez effectué un agréable voyage en notre compagnie . La température extérieure est de 29 °C ! "

Nous nous allégions de quelques unes des épaisseurs recouvrant nos corps subitement réchauffés .

 

Le voyage s' était merveilleusement bien déroulé ...

Nous découvrions notre hôtel, constitué de petits "bungalows" blancs à l' architecture typiquement tunisienne . Au cœur

d' un agréable jardin, chacun de ceux-ci possédait même sa petite cour privative . Nous trouvions l' endroit vraiment charmant . Peu habitués des hôtels, peu exigeants en matière

de confort, la découverte de notre lieu d' hébergement était plutôt une agréable surprise . Nous y disposions par ailleurs,

de toute gamme de services dont nous n' avions que faire, concernant la plupart d' entre eux .

 



Le 19 Février 2010

 

Ce premier jour était consacré à la détente . Notre hôtel bordait une très jolie plage s' étendant à perte vue ... Invitant

à la promenade, nous l' arpentions sur de plusieurs kilomètres ...

 

 

Durant notre promenade, nous étions souvent sollicités de la part de tunisiens proposant articles divers ("Moins chers que gratuits !") : promenade à dos de cheval, à dos de chameaux (des dromadaires en l' occurrence !) ... Dès lors "expérimentés" en la matière par notre précédent séjour estival au Maroc, nous abordions la chose beaucoup plus sereinement . Ce phénomène s' explique aisément : la plage borde une file ininterrompue d' hôtels plus ou moins "classieux" !

 

 

La journée s' écoulait ainsi tranquillement, entre promenade, baignade (pas dans la mer encore trop froide pour nous, mais à la piscine couverte et à la piscine extérieure d' eau thermale), mini-golf, repos sur les transats équipant la longue plage de sable fin plantée de palmiers . Peu de monde fréquentait ce gigantissime complexe hôtelier, nous appréciions ... Qu' en est-il en haute saison ?!

 


Le 20 Février 2010

 

 

 

Nous avions programmé notre réveil à 5 h 30 ... A 6h30, nous embarquions à bord d' un car .

Vivre ces vacances à un rythme qui nous était imposé, était très certainement ce qui nous

pèserait le plus durant le circuit auquel nous avions pris part .


Nous quittons l' île de Djerba  pour rejoindre le continent tunisien en empruntant un bac

assurant régulièrement les traversées entre les villes de Ajim, au Sud-Ouest de l' île, et Jorf .

La durée de cette traversée n’excédait pas les quinze minutes .



 

 

 

 

Les paysages que nous traversions étaient essentiellement constitués de champs d' oliviers millénaires ; puis les décors se sont font beaucoup plus arides, plus nous nous dirigions

vers l' Ouest ... 

En toile de fond, nous entrevoyions la chaîne de l' Atlas . C' était vraiment très beau !

Nous effectuions une première halte à Matmata, un village de montagnes, aux allures un peu lunaires (d' ailleurs, certaines scènes du film "Star Wars" y ont été tournées) .

Nous y visitions une habitation creusée dans une roche tendre et argileuse . La femme de  maison a pris en charge la visite de sa demeure : simple et fonctionnelle ; le four était encore chaud du pain que nous dégustions, accompagné de miel et de thé à la menthe .

Cette famille vivait-elle ici, dans cet habitat "propret", sans eau ni électricité, tel on nous

l' affirmait ? Ou bien remplissaient-elle les fonctions de simples gardiens de musée ?!

Réalité ou témoin du passé ?! Nous ne le saurions pas ... Cette visite (empreinte d' un certain voyeurisme ?) se révélait cependant intéressante ; nous ne l' aurions certainement pas entreprise, en temps que voyageurs individuels (hors groupe) .


 

 

Nous remontions à bord du car . Le long de la route, nous pouvions observer de nombreuses autres remarquables habitations troglodytes plus ou moins semblables à celle que nous venions de visiter . Nous en devinions d' autres nombreuses dans la montagne .

Ces habitations font la renommée touristique de Matmata .

 

 

L' excursion se poursuivait lorsque nous atteignions Douz, un grand carrefour d' échange de la région, décrété capitale du Sahara . Douz  est un village typique nomade, entouré de dunes de sable ; il est également appelé "La porte du désert" .

L' étape  était uniquement motivée pour une touristique balade à dos de dromadaire . Contrairement au reste du groupe, nous

n' y participions pas ! Le programme de cette promenade (facturé en supplément !) ne nous emballait guère : il se résumait en une petite heure à chevaucher sur un chemin longeant des dunes relativement plates . Nous y aurions volontiers participé, si nous n' avions effectué l' été dernier, un bivouac au cœur de l' Erg Chebi  (au Maroc), offrant un décor autrement plus fabuleux !

 

 

Nous nous "aventurions" cependant à pied, au "cœur" du Sahara tunisien, en suivant de plus ou moins loin le reste du groupe .

Nous en ressortions indemne, contrairement à cette pauvre bête dont nous découvrions le cadavre !

 

 

Proche de Jamnah, nous effectuions une courte halte près de dunes fossilisées . Peu spectaculaires, elles se sont néanmoins révélées plutôt photogéniques .

 

 


Une seule et unique route rectiligne traverse cette étendue salée et asséchée s' étendant

sur plus de 5 000 km ² : le Grand Chott el Djerid, où l' horizon semble se perdre à l' infini .

L' endroit nous a paru réellement magique ! Ni animaux, ni végétaux ne vivent sur

cette surface tout à fait plane ; le silence invite au recueillement ; le temps semble ici

s' être figé ... nous y vivions un total dépaysement .

En poursuivant encore un peu plus vers l' Ouest , nous nous rapprochions de l' Algérie ...



 

 

 

 

Pas étonnant que Georges Lucas  ait aussi tourné ici, certaines scène de sa "Guerre des étoiles" .

 

 

Les quelques échoppes bordant la route rivalisaient d' ingéniosité teintée d' un certain sens artistique pour inviter les véhicules à stopper . Ces créateurs fournissaient ainsi, un premier plan pour prendre la plus belle des photos qu' il soit ... Mais l' intérêt était

bien évidemment ailleurs ...

 

 

Arrivés à Tozeur, nous nous rendions à l' hôtel où nous passerions les trois prochaines nuits .

L' entretien et la propreté de cet établissement laissait quelque peu à désirer, mais bon !

Le soir venu, nous nous rendions au magnifique Douar El Hafsi . Ce douar est situé au cœur de

la célèbre palmeraie de Tozeur, il se compose de beaux jardins et de bâtisses traditionnelles .

Nous y assistions à une soirée typique mêlant spectacle de fantasia, cracheurs de feu, reconstitution des métiers traditionnels du Sahara ... suivi d' un sympathique dîner-gala accompagné de musiciens, danseuses du ventre, artistes locaux ...

 

Le vent qui soufflait dans les dunes avait été fatal pour mon APN ; malgré mes précautions, la fonction "flash" ne fonctionnait désormais plus ... Ce dysfonctionnement explique l' absence de

photos : elles ne pourraient témoigner de la qualité de cette jolie soirée .