Escapade turque ...


Introduction


Dès le mois de Février, profitant d' une promotion sur le prix des traversées maritimes, les billets avaient été achetés .

Nous embarquerions à Ancône  le 11 Juillet 2010, et débarquerions à Ingoumenista  le 11 Août ; prendraient place, à bord de notre fourgon, Justine, Laura, Barbara  et Jean-Philippe .

La destination de nos vacances estivales n' était alors pas encore totalement définie . Nous envisagions la Grèce (celle que nous n' avions pas visitée lors de notre premier séjour en 2004), la Crète, les Cyclades, la Turquie ??? Petit à petit, nous privilégions cette dernière . Le choix était définitivement arrêté courant Juin, avec l' achat du Guide du Routard  et de la carte routière relatifs à ce pays .

Le jour du départ, aucun itinéraire n' avait précisément été établi, nous n' avions rien anticipé ... Nous nous fixions un unique impératif : être à l' heure pour embarquer en Italie .



L' itinéraire turc


Il allait s' effectuer dans le sens des aiguilles d' une montre . Ce choix s' est révélé évident alors que nous avions choisi de débuter par visiter Istambul : au retour, nous prendrions le bac à Canakkale, économisant ainsi, de nombreux kilomètres . Nos différents circuits se sont régulièrement fait dans ce même sens, si ce n' est pour l' Écosse ... mais c' est normal : nous y roulions à gauche !

Au total, nous parcourrions quelques 9 105 kms dont environ 5 500 kms pour ce seul circuit turc . Avec un prix voisin de 1,60 € le litre de gas-oil, le budget alloué au carburant s' est révélé un poste de dépenses particulièrement élevé .


... et si c' était à refaire ?

 

Nous avions beaucoup roulé ... la Turquie  est vaste, les distances entre les différents points d' intérêts se sont révélés être souvent

très éloignés  . Nous avons personnellement été déçu par la côte bordant la Mer Noire ... Si c' était à refaire, depuis Istambul,

nous rejoindrions Ankara, avant de poursuivre vers la Cappadoce .  Nous aurions ainsi pu nous rendre un plus au Sud-Est du pays .

 


La carte de nos étapes nocturnes ...


Sur cette carte figure l' emplacement exact de chacune de nos

étapes nocturnes. Elles sont différemment symbolisées, selon le

type de stationnement pratiqué : zones de camping, parkings,

aires CC ou bivouacs .

Un clic sur le repère ouvre une fenêtre sur laquelle figurent des images, le nom de la ville et le lien renvoyant à la page du récit relative à l' étape . Pour une meilleure visualisation, vous pouvez utiliser l' option "Earth" .

 


Lien vers la carte "Les nuits de nos récits" .





Le 11 Juillet 2010 (Italie)

 

Nous étions partis dès le 10 Juillet . Cette première journée de route nous avait permis de rejoindre la frontière italienne, puis

d' effectuer la quasi totalité du trajet italien jusqu' à Ancône .

Le 11 Juillet au matin, nous effectuions les derniers kilomètres en longeant les côtes de l' Adriatique ... C' est vers midi que nous atteignions le port d' Ancône  et prenions place dans la file réservée aux "Open-Deck" (celle du camping à bord), au milieu des quelques camping-cars, fourgons et caravanes devant effectuer comme nous, cette traversée .



Nous n' avions pas la chance d' être placés le long d' une ouverture vers la mer afin de bénéficier de sa vue et de sa fraîcheur ...

Le chargement a, une fois de plus, été "folklorique" . Tel un grand jeu de Tétris, le personnel tentait de caser les voitures, caravanes, CC, camions, en comblant le moindre espace libre . Le jeu réclame patience, cohésion, harmonisation ... qualités que ces "placiers"

ne semblaient pas posséder, vociférant chacun, des ordres totalement contradictoires ... Aussi, le départ était-il retardé de plus

d' une heure trente !

C' était parti pour seize heure de traversée ... la mer était calme .

Incroyable ! Jusque sur le pont où nous stationnions, certains CC et caravanes avaient leurs robinets de vidange d' eaux usées

ouverts ... Sympa le pédiluve ! Et lorsque certains, se faufilant entre les véhicules faisaient tomber les serviettes séchant sur le

porte-vélo transformé à l' occasion en étente à linge ... Super !



Le 12 Juillet 2010 (Grèce)


Le jour se lèvait à peine sur les côtes grecques lorsque nous approchons d' Ingoumenista . Nous décidions de consacrer cette première journée de vacances à la détente . Lors de notre premier séjour (2004), nous avions bivouaquer dans un petit endroit de rêve, situé à une trentaine de kilomètres au Sud du port d' Ingoumenista, aussi décidions nous d' y retourner .



Évidemment, l' endroit avait subi quelques transformations : des transats et des parasols occupaient désormais les lieux où, six ans auparavant nous stationnions presque les "roues dans l' eau" ... Pourtant la magie opèrait encore dans cette petite crique aux eaux cristallines, protégée par une petite île lui faisant face .



La journée s' écoulait ici paisiblement entre baignade, lecture, ébauche d' un début d' itinéraire à suivre dans les jours à venir ...



Le parking desservant la plage s' était vidé petit à petit ... Nous l' occupions désormais seuls ! Nous y passions une soirée et une nuit particulièrement reposantes .



Le 13 Juillet 2010 (Grèce)


Nous ne nous rendrions pas directement en Turquie, nous avions opté pour nous attarder un peu dans cette partie Nord de la Grèce,

que nous ne connaissions pas ... Nous voulions notamment nous rendre sur le site des "Météores", tout en empruntant les chemins de traverses . Ceux-ci escaladaient les montagnes entourant l' atypique et agréable village de Metsovo , une station estivale, mais également une station de ski l' hiver .



Metsovo  est situé dans un cirque de montagnes couvertes de hêtres et de sapins  . Domine ce village, le plus haut col routier de Grèce

(1 705 m), frontière naturelle entre les régions de l' Epire et de la Thessale .



Nous parvenions sur le mythique site des Météores  en fin d' après-midi . Les touristes avaient déjà désertés les lieux alors que

l' heure de visite des différents monastères était déjà dépassée . Nous y bénéficiions donc d' une certaine tranquillité, et d' une belle lumière . C' était vraiment beau et très impressionnant ... Nous savourions l' instant !



Quelques camping-cars, à la recherche d' un endroit où se poser pour la nuit, tournaient sur la route permettant de faire le tour

des différents monastères . Des panneaux rappelaient l' interdiction d' y stationner . Le seul endroit semblant échapper à cette interdiction était alors occupé par un, puis deux, puis trois , puis par la totalité des CC . Nous empruntions personnellement une

petite route adjacente, montant vers un petit col routier où nous nous posions . Nous y passions seuls, une douce nuit .



Le 14 Juillet 2010 (Grèce)


Nous ne visiterions pas l' ensemble des monastères, nous options pour l' unique visite de celui de Varlaam, peut être un peu moins fréquenté que ne l' était celui de Mégalo Météoro . Puisque nous ne pouvions être hissés le long de la tour du Vrizoni, telles le sont encore aujourd' hui les provisions et certains pensionnaires, nous accèdions au monastère, perché au dessus d' une gorge, par une passerelle et un escalier assez raide .



Nous reprenions la route, nous dirigeant toujours plus vers l' Est . Les paysages que nous abordions alors étaient beaucoup moins enthousiasmants, constitués de grandes lignes droites traversant de mornes plaines . Au delà de Larissa, emprunter l' autoroute menant à Thessalonique  se révèlait être une grande supercherie . Celle-ci se compose uniquement de quelques tronçons devant représenter en tout une dizaine de kilomètres, chacun d' eux précédés de stations de péage dans lesquelles nous nous allégions d' une quinzaine d' euros en tout ... Nous nous étions vus réclamés 4,50 € alors que le passage d' une unique voiture particulière n' était facturé que de 1 € ! Certainement avions nous dû participer au redressement économique d' après crise du pays ... la "BA" du jour !


En cours de route, nous visitions le vaste site antique de Dio, situé au pied du Mont Olympe .

Une visite que nous avons bien appréciée .



La visite se poursuivait par celle d' un petit musée attenant ... Y étaient exposées de jolies pièces, ici élégamment présentées .



Puis nous atteignions assez rapidement la ville de Thessalonik . La description faite par notre guide de voyage, de la proche presqu' île de Sithonia  nous avait bien plu, aussi décidions nous de nous y rendre .

Notre guide n' avait pas menti ... cette petite presqu' île tenait vraiment ses promesses ... Alors que jusqu' alors, nous jugions les paysages traversés plutôt quelconques, la presqu' île se couvrait de bois de pins maritimes et de pins parasols, elle étalait de belles plages de sable fin ... Peu de photos cependant l' évoque : en raison de l' heure tardive, nous accordions priorité  à trouver un lieu où passer la nuit .



Nous avions longé pratiquement toute la côte Ouest, avant que nous nous arrêtions près de l' extrémité Sud de la presqu' île . Ci-dessus, notre fourgon se situe en haut sur la gauche, sous les palmiers ! 



Le 15 Juillet 2010 (Grèce)

 

 


Après une première baignade et un petit déjeuner pris sur la plage où nous venions

de passer une nuit s' étant révélée particulièrement chaude, nous poursuivons l' excursion

de la jolie presqu' île de Sithonia .

 

Un peu plus au Sud, la jolie baie de Toroni, était fermée par une petite presqu' île

sur laquelle avait été bâti une forteresse antique .

Le long de sa longue plage sablonneuse , quelques camping-cars semblaient ici,

passer un agréable séjour .







Nous poursuivions notre exploration le long de la côte Est ; elle se révélait beaucoup plus rocheuse, plus abrupte et plus découpée

que ne l' était la côte que nous avions déjà parcourue . Toute aussi belle, elle était aussi beaucoup moins bétonnée . Nous empruntions ne piste débouchant sur un impressionnant réseau de routes inachevées . Véritable labyrinthe, il résultait très probablement d' un vaste projet immobilier qui fort heureusement avait été abandonné ! Lorsqu' elles ne se terminaient pas en impasse, ces petites routes débouchaient sur de jolies criques ou d' anses solitaires ; ils étaient autant de lieux pour envisager un lieu de bivouac idéal .


 

 

A plusieurs reprises, nous ne résistions pas à l' appel de ces eaux cristallines .

Ses températures étaient de plus, bien agréables .

Parfois très fréquentées, quelques belles plages l' étaient beaucoup moins ...


Sur cette côte Est, faisant face à l' inaccessible Mont Athos, les possibilités de bivouacs extraordinaires  sont réellement nombreuses . Nous nous y serions bien attardés,

mais nous étions également impatients d' atteindre la Turquie   ...





 

Nous n' atteignions cependant pas la Turquie  encore aujourd' hui ...

Sans programme pré-établi, le mode "ralenti" semblait avoir été adopté concernant ce début de vacances .

Il correspondait sans doute au laps de temps nécessaire à la décompression !

Sur la route, nous marquions une étape sur la plage de Porto-Lagos où nous passerions la nuit . L' endroit est vraiment très isolé, très calme . Il n' est également pas d' une grande propreté et surtout, infesté d' agressifs moustiques . Calfeutrés dans notre fourgon, ils étaient parvenus à former au dehors, un "inquiétant" bruit de fond .... Le prix à payer pour s' assurer une certaine tranquillité : nous en acceptions les règles . A savoir que Lagos  se situe sur le lac de Vistonis, une importante zone humide où de nombreux oiseaux migrateurs viennent se réfugier ...



               1 - 2 - 3 - 45 - 6 - 7                                    Page suivante   >>>