Escapade marocaine ...


Introduction

 

Cette année, Marion, 18 ans, son bac en poche, avec la plus petite des mentions, mais avec une mention tout de même, ne nous accompagnerait pas . A cet âge, la promiscuité familiale semblait pour elle, difficile à envisager durant cinq semaines .

L' utilisation à quatre du fourgon se révèla ... très confortable !

 

Je ne m' attendais pas à la violence de ce choc provoqué par la rencontre de ces deux cultures diamétralement opposées .

Dès le passage de la frontière marocaine à Ceuta, nous étions propulsés dans un autre monde !

Cette sollicitation permanente fusant de toute part m' a personnellement oppressé et plongé dans un état de stress permanent .

Je pensais m' y être préparé, je n' en mesurais pas l' ampleur, je ne dois pas avoir l' état d' esprit adéquat . Je le regrette, je le déplore, je m' en veux ... J' ignorais totalement comment répondre à ces sollicitations jamais blessantes, jamais méchantes mais tellement gênantes . Elles s' expliquaient généralement, par un état de pauvreté qui me touchait, faisant naître un sentiment proche de la culpabilité . Je me rappelle certains regards d' enfants dans lesquels j' ai cru lire une réelle détresse . Je prenais ainsi conscience qu' il

me serait difficile de me rendre dans certains pays envisagés dans un avenir plus ou moins proche .

Totalement désorientés, nous nous rendions quasiment chaque nuit dans des structures "sécurisées" (nous les adeptes du bivouac improvisé) . Paradoxalement, jamais nous n' avons ressenti le moindre sentiment d' insécurité ; le camping symbolisait un point de repère, un univers clos nous préservant des sollicitations incessantes subies au cours de la journée, que nous ressentions tel un réel harcèlement . Relativisons cependant, ces sollicitations sont l' œuvre d' une minorité issue de la population locale, et globalement,

nous avons rencontré des gens extraordinaires . Mais de notre côté, la méfiance, la suspicion étaient dès lors toujours de mise ;

ainsi, refusions-nous systématiquement toute proposition, toute offre de services ... sous la crainte qu' elle ne débouche sur une quelconque demande .

Au fil de notre séjour, nous sommes parvenus à prendre les choses avec plus de détachement, sans vraiment jamais écarter

totalement cet état de stress m' ayant un peu "pourrit" ces vacances . En aucun cas, je ne regrette cependant le choix de cette destination, les paysages abordés nous ont unanimement enchantés . Globalement, nous gardons un excellent souvenir de ces vacances ; les meilleurs jusqu' à présent vécues, à en croire Laura et Justine ... Mais, pour les raisons précédemment évoquées

(plus quelques autres, souvent liées à la religion, la condition féminine ...) nous n' y retournerons probablement pas .

 


L' itinéraire

 

Tout à fait classique pour tout voyageur effectuant une première visite au Maroc  et disposant de trois à quatre semaines au

minimum . Le circuit ci-dessous est schématisé, il indique les grandes étapes de notre itinéraire . En réalité, nous avons pris de nombreuses routes ne figurant pas sur cette carte . Il s' est effectué dans le sens des aiguilles d' une montre .

A notre retour, notre fourgon totalisait 7 828 km, dont environ 4 200 km ont été parcourus au seul Maroc

 


La carte de nos étapes nocturnes ...


Sur cette carte figure l' emplacement exactement défini de chacune de nos étapes nocturnes. Elles sont différemment symbolisées, selon le type de stationnement pratiqué : zones de camping, parkings, aires CC ou bivouacs . Un clic sur le repère ouvre une fenêtre sur laquelle figurent des images, le nom de la ville et le lien renvoyant à la page du récit relative à l' étape . Pour une meilleure visualisation, vous pouvez utiliser l' option "Earth" .

 




Le 20 Juillet 2009

 

Partis la veille, 26 heures nous avaient été nécessaires pour atteindre l' agence Gutierrez, distante de 1 800 km de la maison .

Nous y retirions les billets utiles à la traversée du détroit de Gibraltar ; durée du trajet : environ 45 min.

 

 

Le passage de la frontière marocaine s' est révélé "folklorique" ; plus d' une heure avait été nécessaire pour remplir les différentes formalités, effectuées dans une ambiance que nous qualifierions d' "agitée" et "désordonnée" ... Ce n' est peu dire ! Nous étions en Afrique  et en découvrions les subtilités !

Nous ne parvenions pas à localiser le camping de Martil, ville où régnait une agitation toute estivale . Nous lui préférions le parking

de La Ferma à Cabo Negro (tout proche) . Nous y prenions notre premier repas . Une aire de repos est réservée aux camping-cars,

de plus, gratuite pour les consommateurs du restaurant .

 


Le 21 Juillet 2009

 

 

Nous débutions cette journée par la visite de Tétouan dont la

Médina est inscrite au Patrimoine mondial de l' Unesco .

Eh Zut ! Nous nous étions fait piéger dès le premier jour et

n' avions rien vu venir !

Une offre de services qui semblait tellement désintéressée ...

et nous voilà accompagnés d' un guide (jeune étudiant ?!)

qui, immanquablement, nous entraînait dans les commerces

locaux où il toucherait sa commission si la visite débouchait

 sur une vente . Nous nous y étions pourtant préparés !

Leçon était prise : "on ne nous la referait pas !" .

 

 

 

 

 

 

Nous suivions la jolie route côtière longeant la Méditerranée ; cependant, le revêtement de la chaussée était très irrégulier, de nombreux trous s' y étaient formés ; étroite, nous y croisions difficilement les circulations venant en sens inverse .

Nous nous rendions sur sa plage d' Oued-Laou, où nous nous accordions notre première baignade en mer .

Hélas, un terrible orage s' abattait sur nous, déversant de grosses gouttes d' eau chaude !

 

 

 

 

Nous nous réfugions dans un sordide camping où s' entassaient beaucoup trop

de vacanciers . Les sanitaires y étaient en nombre vraiment insuffisant, entraînant

un état tout à fait déplorable, assez proche de l' effroyable !

Au sein du camping, un espace était réservé aux seuls fêtards et bruyants célibataires ...

Nuit agitée assurée ! Nous dressions un premier constat : décidément, nous n' aimions vraiment pas les campings !

 

 


 


Le 22 Juillet 2009

 

 

 

Nous empruntions une très jolie route s' enfonçant un peu dans les terres .

Elle longeait l' Oued Laou  et offrait de splendides panoramas . Dans les champs,

les "autochtones" s' activaient ; le long de l' oued, les femmes lavaient le linge, les enfants s' y baignaient ... Sur la route, quel spectacle ! Ces véhicules improbables, ces chargements divers, ces ânes chevauchés par des jeunes, des vieux "couleur locale" ...

Le profond respect pour chacune de ces personnes, ainsi qu' une personnelle intime

pudeur faisaient que je m' interdisais de sortir mon appareil photo ... pourtant, chacune

de ces étonnantes scènes de la vie quotidienne me semblait plus photogéniques les unes que les autres .

 

 

 

 

 

 

Nous éprouvions un véritable coup de cœur lors de la visite de "La Ville Bleue" ... Chefchaouen, nous a semblé aussi enchanteresse

qu' elle n' était merveilleuse . Nous succombions à son charme .

 

 

La visite de Moulay Idriss, ville Sainte située tout près du site de Volubilis, s' est révélée quant à elle bien décevante  .

Nous y subissions de très nombreuses sollicitations (nous doutions qu' elles ne soient totalement désintéressées, telles elles étaient proposées ?!) pour nous guider à travers les petites ruelles menant aux terrasses dominant  la mosquée où reposent Moulay Idriss (le fondateur de Fès) mais aussi, l' arrière petit fils de Mahomet

 

 

Nous parvenions sur le renommé site de Volubilis . Il abrite les ruines romaines les plus importantes du Maroc ... Nous y effectuions une très belle visite ! Depuis le site, nous bénéficiions d' une belle vue sur Moulay Idriss, toute proche .

 

 

Nous passions la nuit sous les oliviers, sur le terrain bordant l' échoppe et le modeste lieu d' habitation du sympathique "Samir Couscous" .

 


Le 23 Juillet 2009

 

Nous parvenions à Meknès, une ville impériale pourvue d' impressionnants remparts ... nous y déambulions un long moment .

 

 

Le mausolée de Moulay Issmail  est un des rares que les non-musulmans peuvent visiter ... Nous n' en rations pas l' occasion !

 

 

Puis nous nous perdions délibérément dans les ruelles de sa très animée Médina . S' y tient un joli marché couvert, coloré et parfumé ; celui des poules et des moutons est particulièrement odorant ... dont narines sensibles feraient bien de s' abstenir !

 

En fin d' après-midi nous parvenions sur le parking de la place Boujloud  de la réputée ville de Fès . Gardé nuit et jour, nous convenions d' y passer la nuit . En attendant nous allions flâner du côté du palais royal se situant à Fès-El-Jedid . Nous nous mettions également en quête d' un guide officiel pour la visite de la Médina  que nous avions prévu visiter le lendemain matin . Nous n' avons pas spécialement passé une superbe nuit sur ce parking : il y a fait très chaud, et dès le coucher du soleil, la place s' est animée .

Ainsi, semblait-elle être le lieu de rendez-vous de nombreux riverains, s' y attardant très tardivement ! Ainsi, la nuit fût courte : le rendez-vous avec notre guide avait été fixé dès 8h30 .

 


Le 24 Juillet 2009

 

Accompagnés de notre guide, nous déambulions dans la médina de Fès, aujourd' hui quasiment déserte .

Nous étions un Vendredi, jour de prière . Aussi, beaucoup de boutiques, mais aussi d' établissements, parfois à visiter, demeuraient

ce jour, fermés . Cette jolie médina est constituée d' un étrange enchevêtrement de passages, de couloirs, d' escaliers, de petites cours qu' il était bien agréable d' arpenter .

 

 

Puis nous allions nous promener dans la petite médina de Sefrou  avant de rejoindre le camping dominant cette paisible cité et sa jolie campagne environnante . Ce camping bénéficie vraiment d' une situation privilégiée, dominant la ville . Nous y passions une nuit très calme .

 


                                                                  1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6                                             Page suivante  >>