Escapade turque ...


Le 20Juillet 2010


Amasya, au pied de sa falaise, a su conserver intacts ses konaks  (souvenez vous : les maisons traditionnelles ottomanes en bois !) .

Surplombant la Rivière Verte, s' y dégage une ambiance agréable et tranquille, où nous prenions plaisir à nous promener .



D' assez spectaculaires tombeaux rupestres sont taillés dans la roche de la falaise dominant Amasya, .

Au nombre de quatorze, ces tombes sont toutes plus ou moins identiques, aussi, la visite d' une ou deux d' entre elles,

s' est avérée pour nous, bien suffisante . La balade n' en demeurait pas moins bien sympathique .



Nous faisions ensuite étape à Tokat . Les éloges la concernant, vantées par notre guide, nous ont personnellement un peu laissés sur notre faim ! Pour la combler, nous nous régalions de la spécialité locale le Tokat Kebap : des brochettes de mouton agrémentées de tranches

d' aubergines et de pommes de terre ... Hummm, un délice !



Au centre d' un joli caravansérail, nous découvrions un agréable jardin à thé organisé autour d' une fontaine et des échoppes d' artisans antiquaires . Planté au cœur de la ville, l' endroit était plaisant ; une fois ses portes franchies, s' en dégageait une grande sérénité .

Dans le vieux quartier, les ruelles pavées étaient bordées de vétustes maisons ottomanes en bois .



Le musée de la ville est hébergé dans une ancienne médersa (une école coranique) : La Médersa bleue . Elle doit son nom aux magnifiques mosaïques de faïences émaillées aux motifs bleus qui recouvraient la médersa, et dont il ne restent aujourd' hui que de maigres vestiges . Du coup, le bâtiment est un peu décevant, mais les collections qu' on y découvrait nous ont paru intéressantes .

Nous avions également envisagé la visite du Konak de Latifogu : il était fermé fermé pour cause de travaux de rénovation .



Il nous restait encore de nombreux kilomètres à parcourir avant que nous ne rejoignions Sivas, notre prochaine étape.

Nous prenions un peu de hauteur, élevant enfin la qualité des paysages abordés . A mi-chemin, nous atteignons un col routier culminant à plus de 1 600 m d' altitude : le Camlibeli Geçidi . Après y avoir marqué un arrêt pour y effectuer le plein d' eau, nous convenions

d' y stationner pour la nuit afin de bénéficier d' un peu de douceur . Nous nous garions un peu en retrait de la route, sur un grand parking accueillant, desservant une construction récente inhabitée .

 


Le 21 Juillet 2010

 



Ville plutôt moderne, Sivas  conservait cependant quelques beaux monuments concentrés

dans un agréable parc occupant le centre de la ville . Une fois encore, cette visite se révélait néanmoins décevante .

 

Nous regrettions un peu l' itinéraire suivi depuis notre départ d' Istambul .

Nous avions parcouru un nombre trop important de kilomètres au cours desquels, nous ne retirions que relativement peu de satisfactions . A Sivas, nous avions atteint le point le plus oriental de notre circuit ; déjà beaucoup de jours s' étaient écoulés, nous avions désormais hâte de rejoindre les bords de la Méditerranée où nous pensions faire de bien plus belles visites .

Mais avant, nous prendrions la direction de la Cappadoce, une destination également très attendue ayant en grande partie, motivée ce voyage .




 

 

 

 

Nous parcourions encore un grand nombre de kilomètres .

Heureusement, les paysages que nous traversions désormais se révélaient beaucoup plus plaisants à contempler.

Nous circulions sur de longues lignes droites traversants de hauts plateaux .

Dans les champs, chacun s' activait aux moissons ...









Ces paysages nous incitaient à multiplier les "pauses-photo", les véritables premières depuis notre entrée en Turquie .

Les palettes de couleurs proposées par ce merveilleux décor étaient magnifiques . Du coup, nous ne surveillions plus le compteur ...

Nous nous verrions verbalisé pour un excès de vitesse : un petit 93 km/h alors que la vitesse était limitée à 80 km/h .



Nous faisions étape au caravansérail de Sultanhani . Au centre de cet édifice particulièrement élégant se dressait un beau petit oratoire . De gros travaux de rénovation étaient en cours lorsque nous le visitions .



Nous étions régulièrement déçus par la visite des villes turcs . Certes, nous y découvrions quelques jolis bâtiments, mais ces petites touches ne permettaient pas de faire oublier les erreurs grossières en matière d' urbanisme . Elles rendaient généralement l' ensemble que peu harmonieux . La visite de Kayseri  n' y dérogeait pas !

Derrière sa mosquée, nous découvrions les pentes enneigées du Mont Argée, où nous avions décidé d' aller passer la nuit .



Du haut de ses 3 916 m, le Mont Argée, couvert de neiges éternelles, est un des volcans ayant donné naissance à la Cappadoce

Nous bivouaquions au pied de celui-ci, à 2 200 m d' altitude, proche de la station de ski d' Erclyes .

Êtes-vous parvenus à visualiser notre fourgon sur la photo ci-dessous ?



Près de ce lac, nous avions comme voisins ce campement nomade (ci-dessous) . Ces campements sont nombreux autour du volcan, des familles y vivent le temps d' un été, en compagnie de quelques poules, d' un âne, de leurs troupeaux de moutons et/ou de chèvres ...



Le 22 Juillet 2010


Depuis notre fourgon, nous assistions autour du lac, à d' étonnantes scènes de la vie quotidienne . Sortis de nulle part, des enfants y conduisaient les troupeaux ; les femmes chargées d' énormes bidons venaient y puiser l' eau ... Puis, tels ils étaient apparus, ils disparaissent dans la montagne, avant que d' autres ne débouchaient à leur tour . Nous entamions la redescente ...



Nous avions prévu atteindre aujourd' hui les Cappadoces . Nous contournions le Mont Argée  par une route offrant de beaux paysages principalement composés de marécages et de lacs de sel .



Cette fois nous y étions ... Nous avions atteints les portes de la Cappadoce ! Nous l' espérions comme un moment fort de notre séjour

en Turquie . Nous n' allions pas être déçus .



Nous nous rendions tout d' abord sur le site de la Vallée de Soganli .

Pour notre plus grand plaisir, nous y découvrions un relief truffé d' habitations troglodytiques .

Dans cette vallée verte et sauvage, des moines et ermites avaient jadis trouvé refuge . Ils y ont alors bâti pas moins de soixante églises

et monastères . Au cours d' une belle boucle effectuée à pieds, nous visitions plusieurs d' entre eux .



Quelques unes de ces églises possédaient encore un clocher taillé et sculpté, nous y découvrions de jolies fresques plus ou moins bien conservées, certaines d' entre elles ayant été vandalisées . La vallée de Soganli  constituait une bien belle première approche de cette étonnante région de Cappadoce !



Nous empruntions une jolie route devant nous mener à Mustafapasa . Le long de son tracé, plusieurs intéressantes visites y étaient proposées . Ainsi nous arrêtions nous à Taskinpasa, devant le portail récemment restauré d' une médersa .



Sur le site romain de Sobessos, de belles mosaïques ont été mises à jour ... Nous y marquions également un arrêt .



La visite du monastère des Archanges s' est également avérée intéressante . Nous y découvrions un bel ensemble composé de deux églises où subsistaient quelques fresques, un beau réfectoire, diverses chapelles et pièces d' habitation . Son sympathique gardien y entretenait un agréable et très beau jardin ...



Le village de Mustafapasa  possède beaucoup de charme . Nous y découvrions quelques très belles maisons aux façades sculptées . Certaines d' entre elles étaient cependant laissées en très mauvais état ... Quel gâchis !

A pieds, nous poursuivions un peu au-delà du village ... Au cœur d' un très bel environnement, nous y découvrions de nouvelles églises

et autres monastères creusés dans la roche .



Parés de la lumière du soleil couchant, les paysages abordés étaient plus magnifiques encore, teintant la roche de jaune et d' ocre .

C' est au beau milieu de cet étonnant et époustouflant univers minéral que nous trouvions un splendide emplacement où passer la nuit . Depuis la route conduisant à Ugürp, une petite piste en terre nous menait jusqu' aux églises rupestres de Sanca et Kepez .

Puis, au bout de la piste, celle de Pancarlik  dont les peintures rupestres étaient encore bien conservées .

C' est là que nous nous installions pour passer la nuit ...



Ci dessous, notre idyllique lieu de bivouac ... Y avez-vous repéré notre fourgon ?



Le 23 Juillet 2010


Waouh !!!

Le paysage changeait au gré des caprices de la lumière ... Je ne regrettais pas m' être levé dès six heures ce matin !

Dans le ciel, dans la lumière orange du petit matin, plus d' une vingtaine de montgolfières survolaient ces époustouflants décors .

Plusieurs de celles-ci se posaient dans un champ voisin de notre lieu de stationnement ... Quel délicieux spectacle, dont j' étais pourtant,

le seul à profiter, le reste de l' équipage ayant préféré prolonger la nuit dans le confort de notre fourgon !



La vieille ville d' Ugürp  est dominée par une haute falaise dans laquelle sont creusées de nombreuses cavernes utilisées jadis, à des fins d' habitations ou d' entrepôts . Dans les vieux quartiers, au hasard des ruelles empruntées, nous y découvrions de nombreuses très belles demeures grecques parfois laissées à l' état d' abandon .



Pour rejoindre Avanos, nous empruntions une petite route traversant la jolie

vallée de Devrent . Elle abrite la plus époustouflante concentration de cheminées

de fées ... Un spectacle vraiment étonnant !

 

Nous ne nous arrêtions pas tout de suite à Avanos , poursuivant vers le caravansérail de Sanhan, dont il était distant de six kilomètres .




Le Caravansérail de Sanhan est un superbe bâtiment ayant fait l' objet d' une restauration soignée ! Dans la grande cour, agrémentée d' un petit bassin en son centre, des "alvéoles" régulières accueillaient chameaux et chevaux, alors que les hommes dormaient dans la salle du fond . Dans cette dernière, on peut y assister chaque soir, à une représentation d' une semah

(cérémonie de derviches tourneurs ) . A l' entrée, au dessus du sublime portail, on peut y découvrir une minuscule mosquée .



Nous nous rendions ensuite à Bayramhaci . Des sources thermales y distribuent une eau à 35°C dans des bassins où l' on peut se baigner . Mais ces bassins n' étant pas mixtes, je n' éprouvais pas l' envie de m' y rendre seul ; seules la gent féminine composant

notre équipage allait donc y faire trempette  : elles y ont vécu une originale expérience, partagée avec la seule population locale .


Nous poursuivions jusqu' à atteindre Ozkonak, une ville souterraine,

un peu à l' écart des circuits touristiques . Elle était jadis habitée par les premiers chrétiens de Turquie . Victimes de persécutions, ils vivaient ici cachés ; la ville pouvait parait-il, accueillir des milliers de personnes .

Nous y découvrions de multiples pièces d' habitation, des magasins, des entrepôts ...

Cette étonnante visite se révélait néanmoins moins impressionnante qu' elle n' était annoncée ... Nous aurions par la suite, l' occasion d' en découvrir de plus spectaculaires encore !


Nous nous rendions sur les hauteurs du village d' Avanos  pour en découvrir ses vieux quartiers . On y trouvait de belles maisons grecques semi-troglodytiques blanchies à la chaux, ornées de beaux frontons sculptés . La promenade y a réellement été agréable . Avanos  est aussi une capitale de la poterie, nous y voyions de nombreux ateliers (près de 300 artisans y sont recensés) et plus encore, de nombreuses boutiques .



Le site de Zelve  était réellement superbe ... Nous le visitions en fin d' après-midi, alors que les rayons du soleil se faisaient plus

rasants, nous permettant d' y bénéficier d' une belle lumière, mais surtout lorsque la totalité des cars de tourisme en étaient repartis.

Des trous avaient étaient creusés de toute part dans la roche friable . Nous pénétrions à l' intérieur de plusieurs de ceux-ci, et souvent, découvrions un véritable dédale s' enfonçant dans les profondeurs de la montagne . Aussi, ici plus qu' ailleurs, vaut-il mieux prévoir

d' emporter des lampes de poche . Elles sont plus généralement à prévoir pour chacune des visites envisagées sur des sites troglodytiques ou de cités souterraines .

Au cours de la visite, nous y découvrions des églises byzantines, des moulins, des monastères, des mosquées, des tunnels permettant

de passer d' une vallée à l' autre ...


 




Proche de Zelve, se trouvait la vallée du Pacha  ou autrement appelée la

vallée des Moines . C' est dans cette vallée que se trouvent les plus belles cheminées de fées . Face à elle, une piste nous permettait de nous éloigner

de la route . Elle menait à des champs cultivés, mais aussi à une aire plane,

que nous jugions idéale pour un nouveau bivouac de rêve .

 

Depuis notre superbe emplacement, nous assistions au joli spectacle des derniers rayons de soleil éclairant un champ de bien belles cheminées .









<<<   Page précédente                                       1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7                                        Page suivante   >>>